Site Loader
Patrimoine Mondial de l’UNESCO à l’île Maurice

Eh oui, en plus d’être une île paradisiaque, l’île Maurice a aussi quelques richesses et deux sites qui sont classés dans le patrimoine mondial de l’UNESCO. Si une soif de connaissances te prend, tu seras servi avec même une petite playlist en cours de route. 😉

L’Aapravasi Ghat

Aapravasi Ghat

En première position, on retrouve L’Aapravasi Ghat qui est situé à Port-Louis. C’est d’ailleurs en 2006 que ce site a été inscrit dans le patrimoine mondial de l’UNESCO. C’est un des sites les plus importants de l’île Maurice et malheureusement, peu de personnes s’intéressent à son histoire.

Aapravasi Ghat signifie en sanskrit « rivage ou dépôt d’immigration ». Avant de porter ce nom, le site était appelé Coolie Ghat – coolie vient de « kuli » qui, en tamoul, veut dire salaire, un Coolie est un individu qui travaille pour un salaire. Je te vois venir, mais pourquoi avoir un entrepôt d’immigration à l’île Maurice ? Eh bien, c’est simple, c’est parce que l’esclavage a été aboli et il faut maintenant trouver de la main-d’oeuvre pour développer le pays.

Cette main-d’oeuvre alors, nos amis les Anglais vont la trouver en Inde. On va appeler ces personnes « des travailleurs engagés ». Il est toutefois bon de savoir que, même si ces travailleurs venaient principalement de l’Inde, il y en avait également de Madagascar, de Chine, de l’Afrique de l’Est ou encore, d’Asie du Sud-Est.

Aujourd’hui, il est toujours possible de visiter cet entrepôt, et des guides se feront un plaisir de vous raconter son histoire, certainement mieux que moi ! L’Aapravasi Ghat est un site important, il fait honneur à ces hommes, femmes et jeunes qui ont quitté leur pays d’origine pour venir travailler à l’île Maurice – L’Aapravasi Ghat a été crucial dans le développement de l’île Maurice.

Le Morne Brabant

Le Morne est généralement connu par les étrangers, pour la magnifique vue qu’elle offre une fois qu’on est au sommet. Toutefois, cette montagne recèle une terrible histoire. En effet, Le Morne était autrefois le refuge des esclaves en fuite, aussi connu sous le terme « les marrons ».

Ils se réfugiaient dans les grottes se trouvant au sommet. L’esclavage aboli, un messager est venu annoncer la nouvelle. Malheureusement, les esclaves pensaient plutôt qu’il s’agissait d’une ruse et ils se sont alors donné la mort en sautant du haut de la montagne. C’est depuis 2011 que le site est classé patrimoine mondial de l’UNESCO ! Je raconte l’histoire du Morne Brabant à la fin de mon article 10 choses à découvrir dans le sud de l’île Maurice, tu peux y jeter un coup d’oeil 🙂

Patrimoine culturel immatériel

Le séga tipik mauricien

Patrimoine Mondial de l’UNESCO à l’île Maurice

A l’île Maurice, le séga, ce n’est pas juste une danse, c’est bien plus que ça. Aujourd’hui par exemple et sans aucune exagération, il est impossible d’aller à une fête mauricienne sans avoir au moins un séga qui passe, et quiconque dis le contraire, est un grand menteur ! Que ce soit pour un mariage, un festival, un anniversaire ou juste pour mettre un peu d’ambiance, le séga mauricien est bel et bien présent. Et franchement, même si je ne suis pas une grande fan de ce type de musique, ce n’est pas possible de célébrer quelque chose sans un bon séga mauricien, il en faut absolument un, un point c’est tout.

Pour danser, les hommes portent généralement un pantalon retroussé et un chapeau de paille. Quant aux femmes, elles ont une grande jupe à fleurs. Le séga tipik est inscrit à l’Unesco depuis 2014. Besoin d’un son ?

Voici 5 chansons Mauriciennes que j’affectionne particulièrement. Certaines sont douces, mais il y en a vraiment pour tous les goûts, et si tu en écoutais quelques-unes pour me faire plaisir ? N’hésite pas à partager ton ressenti ou tes chansons préférées !

Le Geet Gawai

C’est en 2016 que le Geet Gawai a fait son apparition dans le patrimoine mondial de l’UNESCO. Il s’agit d’une cérémonie réalisée avant les mariages hindous à l’île Maurice. Ce sont généralement les femmes qui l’animent en dansant, chantant et en tapant le « dholak ».

Le séga tambour de Rodrigues

En 2017, c’est au tour du séga tambour de l’île Rodrigues d’être inscrit dans le patrimoine mondial de l’UNESCO. Attention, car ici, la danse est complètement différente de celle de l’île Maurice. Dans ce cas présent, les origines viennent surtout des esclaves. Les instruments utilisés sont : le triyang, le tambour, les mayos et le bwat.

Le séga tambour des Chagos

C’est ensuite le séga tambour des Chagos qui se rajoute à la liste en 2019. Les chansons font surtout référence à la nostalgie et au mal du pays depuis l’exil forcé du peuple chagossien de l’archipel. Tristement, suite à cet exil et la disparition des aînés, c’est un patrimoine convoité à disparaître…

Quoifairemaurice

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *